boostHEAT fonctionne au gaz naturel

boostHEAT s’appuie sur une technologie brevetée de compresseur thermique qui utilise comme combustible le gaz naturel.

La chaleur de la combustion est utilisée pour activer un cycle de compression thermique plutôt que pour alimenter directement les radiateurs, ce qui permet de doubler l’efficacité énergétique du gaz naturel par rapport à une chaudière à condensation.

Le gaz naturel est actuellement la 3e énergie fossile (22 %) après le pétrole (32 %) et le charbon (27 %). Cependant, le gaz naturel est beaucoup moins polluant : il émet 20 à 25 % de CO2 de moins que le fioul, et 50 % de CO2 de moins que le charbon. De plus, sa combustion dégage très peu de dioxyde de soufre.

Le gaz naturel reste, par ailleurs, le complément idéal aux énergies renouvelables grâce notamment au développement du biométhane, une forme de gaz naturel produite à partir de déchets naturels issus des exploitations agricoles. En 2030, le biométhane représentera près de 30 % du gaz distribué dans les réseaux.

Une Ă©nergie propre

Comme son nom l’indique, le gaz naturel ne subit pas de transformation majeure après son extraction, il est initialement incolore et inodore mais pour une plus grande sécurité, il est « odorisé ».

La combustion du gaz naturel produit essentiellement de la vapeur d’eau et du dioxyde de carbone et ne dégage ni fumée, ni particules.
Pour une production d’Ă©nergie Ă©quivalente, le gaz naturel dĂ©gage deux fois moins d’oxyde d’azote que le fioul et le charbon et près de 30 % de moins de dioxyde de carbone.

En comparaison aux autres énergies non renouvelables, le gaz naturel est l’énergie rejetant le moins de CO2 (55 kg par gigajoule de chaleur alors que le pétrole brut en rejette 75 kg et le charbon prés de 100). De même, toute chaudière à condensation au gaz naturel émet deux fois moins de CO2 qu’une nouvelle installation de chauffage électrique direct.

Le gaz naturel est aujourd’hui souvent utilisé en complément des énergies renouvelables lors de la construction de bâtiments à basse consommation.

Une Ă©nergie aux multiples usages

Le gaz naturel a deux atouts principaux. D’une part, il représente la meilleure efficacité énergétique de toutes les énergies fossiles du marché. D’autre part, il s’agit d’une énergie ne nécessitant pas de capacité de stockage chez le consommateur.

Le marché résidentiel et tertiaire

Le gaz naturel est habituellement utilisé comme combustible dans la production de chaleur pour la cuisson ou le chauffage. En Europe, 38 % de la consommation de gaz naturel est destinée au secteur résidentiel / tertiaire, notamment pour le chauffage.

Les installations au gaz naturel sont de plus en plus performantes. Qu’il s’agisse de la chaudière à condensation ou de la pompe à chaleur, les solutions permettant de réaliser des économies d’énergie, dans le neuf comme dans l’ancien, sont nombreuses.

Le secteur industriel

En Europe, l’industrie représente 34 % de la consommation de gaz naturel. Celui-ci est peu utilisé comme matière première (4 %) mais ses applications industrielles représentent en revanche 25 % de son utilisation, qu’il s’agisse de l’industrie chimique, de la pétrochimie ou du raffinage.
Par exemple, le gaz naturel sert à synthétiser l’ammoniac et l’urée en vue de fabriquer de l’engrais pour l’agriculture.

En conclusion, le gaz naturel est une solution d’avenir

Le gaz est stockable sur une longue pĂ©riode sans perte d’Ă©nergie. Ainsi, vous n’utilisez que ce dont vous avez besoin sans chauffer les « petits oiseaux » et contribuez Ă  la prĂ©servation de nos ressources naturelles.

Pas besoin de remplir votre cuve au fioul, de modifier la puissance d’abonnement de votre contrat d’Ă©lectricitĂ© ou de passer au triphasĂ©. Le gaz est trois fois moins cher que l’électricitĂ© et simple d’emploi, sa combustion ne dĂ©gage pas de particules.
Pour une énergie avec zéro émission, vous pouvez également opter pour une offre biométhane et ainsi utiliser une énergie 100 % renouvelable.

Cet acte citoyen ne nĂ©cessite pas de modification de votre installation et vous permettra d’influencer les choix Ă©nergĂ©tiques du futur. Parlons-en ensemble !