Retour

Pollution de l’air intérieur : les effets sur la santé

Quels sont les effets de la pollution de l’air intérieur ?

Lorsque l’on parle de pollution, on pense naturellement à la pollution extérieure. Or, il arrive couramment que nos intérieurs soient plus pollués que l’extérieur, ce qui peut avoir de sérieuses conséquences. Quels sont les impacts d’un air intérieur de mauvaise qualité sur notre santé ?

Des voies respiratoires fragilisées par la pollution de l’air intérieur

Les poumons et les voies respiratoires sont, en général, les premiers touchés par la qualité de l’air intérieur. Infections, inflammations, pneumonies ou encore cancers sont à déplorer chez les personnes exposées à la pollution de l’air intérieur.

  • Pneumonie
    Selon les derniers chiffres de l’OMS, la pneumonie est l’une des conséquences principales d’une exposition à un air intérieur pollué. En effet, la mauvaise qualité de l’air intérieur multiplie par deux les risques de pneumonie chez les enfants – une maladie qui est responsable de 45 % des décès infantiles. Les adultes ne sont pas épargnés par la pneumonie due à la pollution de l’air intérieur puisqu’ils sont 28 % à décéder de cette maladie.
  • Bronchopneumopathie chronique obstructive
    Outre la pneumonie, les personnes évoluant dans un milieu intérieur pollué au quotidien sont également sujettes à la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO), qui consiste à obstruer les petites bronches. Cette maladie touche généralement les fumeurs, mais 25 % des décès par BPCO sont liés à la pollution de l’air intérieur.
  • Cancer du poumon
    Si le tabagisme est souvent responsable du cancer du poumon, la qualité de l’air intérieur joue également un rôle important puisque 17 % des décès suite à un cancer du poumon résultent en réalité d’une exposition prolongée à un air intérieur pollué. Autres cancers concernés : les cancers du nasopharynx et du larynx.

Bon à savoir
La pollution de l’air intérieur est responsable à moindre mesure d’asthme, d’allergies ou de tuberculose. Des voies respiratoires fragilisées favorisent également la détérioration des défenses immunitaires.

Quels sont les autres effets de la pollution de l’air intérieur sur la santé ?

Si les voies respiratoires sont principalement touchées par une mauvaise qualité de l’air intérieur, d’autres organes du corps ne sont pas épargnés. C’est le cas notamment du cœur et du cerveau.

Aussi connue sous le nom de maladie coronarienne, la cardiopathie ischémique est une pathologie qui intervient au niveau des artères qui alimentent le cœur. L’apport en sang au cœur devient insuffisant ce qui accentue les risques d’infarctus du myocarde. Plus d’un million de décès dûs à la cardiopathie ischémique résultent d’une exposition prolongée à la pollution de l’air intérieur, soit plus d’un quart des décès en lien avec un air intérieur pollué. Par ailleurs, un air intérieur de mauvaise qualité augmente également les risques d’accidents vasculaires cérébraux (AVC).

Bon à savoir
Pour éviter tous ces problèmes de santé, il convient de mesurer la qualité de l’air intérieur et d’effectuer quelques améliorations au niveau du logement.

> À lire aussi : Améliorer la qualité de l’air intérieur chez soi

Pollution de l’air intérieur : qui sont les sujets les plus sensibles ?

Certaines personnes sont plus sensibles à une exposition à la pollution de l’air intérieur. C’est le cas notamment des jeunes enfants, des femmes enceintes et des personnes âgées. De même, les personnes déjà fragilisées par une maladie peuvent être particulièrement sensibles à un air intérieur de mauvaise qualité et ainsi aggraver leur état de santé.

boostHEAT a créé un bijou de technologie : la chaudière la moins énergivore du monde. Une solution de chauffage efficace, sobre et durable. Si comme nous, vous pensez que les enjeux écologiques ne vont pas à l’encontre de la performance énergétique, contactez notre équipe pour plus de renseignements.

Simulez vos économies d’énergie