Retour

Logement énergivore : les signes qui doivent vous alerter

logement énergivore (entre 100 et 1K), passoire énergétique (entre 10 et 100), diagnostic énergétique (entre 100 et 1K), femme ayant froid chez elle

Un logement énergivore est un logement qui consomme beaucoup d’énergie et qui ne garantit pas de confort thermique à ses occupants. Plusieurs signes permettent de repérer ce type de logement. Apprenez à les reconnaître.

Une facture énergétique très élevée

Pour savoir si votre logement est énergivore, il faut vous reporter aux factures d’énergie. Le chauffage est un poste de dépense important qu’il ne faut pas négliger. Si vous devez beaucoup chauffer en période hivernale pour atteindre une température intérieure confortable, votre logement est sans doute énergivore. Vérifiez si vos équipements de chauffage sont suffisamment performants, mais aussi, si l’isolation du logement est optimale. Des travaux sont peut-être nécessaires pour réduire votre facture énergétique. L’isolation des combles et la pose d’ouvertures performantes sont les travaux à réaliser en priorité pour réduire la facture énergétique du foyer.

> À lire aussi : Comment la consommation énergétique d’un logement est-elle calculée ?

Un inconfort thermique

L’un des principaux signes d’un logement énergivore est l’inconfort thermique ressenti par ses habitants, en toute saison. L’inconfort thermique désigne le ressenti d’une personne par rapport aux températures intérieures. Un logement énergivore est souvent froid en hiver et chaud en été, générant de l’inconfort thermique. Cet inconfort peut également survenir en cas de différence de température dans une même pièce (pont thermique), ou de sensation de courant d’air.

Bon à savoir
Les traces de moisissures et d’humidité sont également symptomatiques d’un logement mal isolé et mal ventilé – donc énergivore au quotidien.

Comment détecter un logement énergivore ?

Vos factures énergétiques sont élevées et malgré tout, vous avez froid en hiver, et chaud en été ? Peut-être que votre logement est énergivore. Deux éléments peuvent vous aider à le prouver : le DPE et l’année de construction du bien.

Diagnostic de performance énergétique

Le diagnostic permet de définir la consommation énergétique annuelle d’un bien immobilier et de le classer en fonction, grâce à une étiquette énergie allant de A à G. Un logement énergivore possède une étiquette énergie F ou G et consomme au minimum 331 kWh / m2 par an, soit une facture énergétique de 300 € par mois, minimum. En complément de cette étiquette énergie, le DPE délivre une autre étiquette : l’étiquette d’émission de gaz à effet de serre, également étalonnée de A et G.

Selon l’ADEME, un quart des logements diagnostiqués possède une étiquette énergétique F ou G et moins de 20 % du parc immobilier diagnostiqué présente une haute performance énergétique . En moyenne, les logements français sont classés E .

> À lire aussi : À quoi sert un diagnostic de performance énergétique ?

Quelle est la date de construction de votre logement ?

La date de construction du logement a une incidence sur ses performances énergétiques. En effet, avant le choc pétrolier de 1974, il n’existait aucune réglementation thermique. Généralement, les logements bâtis avant 1948 sont peu isolés, mais les principales « passoires énergétiques » ont été construites entre 1948 et 1975. Au-delà de 1975, et grâce à la première réglementation thermique (RT 1974), les bâtiments ont été un peu mieux isolés. Au fil des ans et des réglementations thermiques successives, les exigences en matière d’isolation et de performance énergétique se sont multipliées et durcies pour garantir un meilleur confort thermique.

BOOSTHEAT a créé un bijou de technologie : la chaudière la moins énergivore du monde. Une solution de chauffage efficace, sobre et durable. Si comme nous, vous pensez que les enjeux écologiques ne vont pas à l’encontre de la performance énergétique, contactez notre équipe pour plus de renseignements.

Simulez vos économies d’énergie